Votre guide complet de la respiration

voies aériennes

Table des matières

introduction

La respiration est une fonction vitale du corps qui assure l'échange d'oxygène et de dioxyde de carbone entre le milieu interne et l'environnement externe. (1)

Le principal acteur de cette activité est le système respiratoire, qui se divise comme suit:

– Obere Atemwege (z.B. Nase, Rachen, Kehlkopf)

– Untere Atemwege (z.B. Luftröhre, Bronchien, Lungen)

Chaque ingrédient est sujet à des maladies spécifiques qui peuvent affecter l'ensemble du processus respiratoire.

Cet article examine le mécanisme physiologique de la respiration d'une part et les dommages corporels causés par la respiration buccale d'autre part.

 

Guide complet de la respiration

 

Respiration physiologique

La respiration est le résultat de la différence de pression entre les poumons et l'atmosphère.
Lorsque la pression dans les poumons est inférieure à celle de l'atmosphère, l'air pénètre dans les poumons pour compenser cette différence de pression. Dès que la différence de pression se déplace, l'air s'échappe des poumons pour rétablir l'équilibre.
Le diagramme suivant montre les fluctuations de pression pendant l'inspiration et l'expiration.

 

Respiration physiologique

 

Pourquoi la respiration buccale est-elle nocive pour votre santé?

Die orale Atmung ist definiert als die Bewegung von Luft in die Lunge hinein und aus ihr heraus, wobei der Mund als einziger Auslass dient. Wie oben erläutert, läuft die normale Atmung durch die Nase, wenn die Luft in die Lunge strömt, und durch den Mund, wenn sie nach außen fließt. Bei der Mundatmung strömt die Luft während des Ein- und Ausatmens durch den Mund, wodurch verschiedene Gesundheitsprobleme verursacht werden können.
Les adultes qui respirent par la bouche sont plus susceptibles de développer une insomnie, une fatigue chronique et une productivité réduite. Ces symptômes ont été comparés à des sujets respirant par voie nasale et les résultats ont confirmé la présence d'une anomalie.

 

Les enfants et la respiration buccale

Les enfants et la respiration buccale
Cependant, ces conséquences ne sont pas comparables à la façon dont les enfants peuvent souffrir de la respiration buccale. Parce que la respiration joue un rôle crucial dans la modélisation anatomique des structures orofaciales et des voies respiratoires.

En fait, les experts ont constaté que les enfants qui respirent par la bouche sans être traités pendant de longues périodes sont sujets à diverses conditions médicales, y compris des déformations faciales qui les rendent moins attrayants.

De plus, des malocclusions (par exemple de classe squelettique II ou III), un syndrome du visage long ou des palais gothiques ont été observés chez ces enfants.

Au fil du temps, ces malformations anatomiques entraînent de graves complications telles que l'apnée obstructive du sommeil, le ronflement chronique et une susceptibilité accrue à l'effondrement des voies respiratoires.

L'un des principaux contributeurs à de telles anomalies est le palais mou, qui est formé en fonction du type de flux d'air (par exemple, flux d'air oral, flux d'air nasal).

Dans une étude de l'International Journal of Pediatrics, les chercheurs ont découvert que la respiration buccale, bien que qualifiée d'habitude «bénigne», peut causer des dommages importants à la santé mentale et physique des enfants. En effet, cela entraîne une réduction des restrictions des voies respiratoires, des troubles du sommeil, des capacités cognitives réduites et une qualité de vie inférieure. (3)

La respiration buccale est synonyme de stress

Malgré les propriétés miraculeuses de notre cerveau, il est soumis à plusieurs facteurs qui peuvent déclencher une réponse généralisée au stress par la libération chronique d'hormones importantes.

En conséquence, le système nerveux sympathique est activé pour induire une «réponse de combat ou de fuite» chez le patient. (4)

La mesure des hormones de stress dans le sang conduit à des niveaux anormaux d'adrénaline, de noradrénaline et de cortisol. (5)

En termes plus simples, la respiration buccale vous met dans un état de stress physiologique constant, similaire à la réaction de votre corps à une chasse à l'ours.

Dans les prochaines sections, nous examinerons les dommages que le stress causé par la respiration buccale peut causer.

 

Quels sont les effets courants du stress induit par la respiration buccale?

L'augmentation chronique des hormones de stress provoque des ravages dans la plupart des systèmes organiques en perturbant leurs activités physiologiques et métaboliques.

Voici quelques-uns des effets dont la respiration buccale peut être responsable:

Obésité

Étant donné que la respiration par la bouche entraîne une augmentation du taux de cortisol, diverses voies métaboliques sont soumises aux changements induits.

Les deux principaux effets comprennent la protéolyse (dégradation des protéines) et la lipogenèse (stockage des graisses), qui peuvent causer plus de dommages que l'œil en augmentant à la fois le poids, la glycémie et la pression. (6)

La dégradation des protéines décompose les fibres de collagène, provoquant les stries distensae classiques (c'est-à-dire les vergetures).

Respirer par la bouche peut également influencer l'appétit du patient et, entre autres, induire une soi-disant frénésie alimentaire afin de le distraire de son stress et de son anxiété. (7)

En résumé, le stress chronique causé par la respiration buccale peut entraîner une prise de poids importante, ce qui rend également le patient vulnérable à diverses maladies désagréables.

Allerdings kann bei einer Untergruppe von Patienten der gegenteilige Effekt auftreten und u.a. zu Anorexie und Gewichtsverlust führen

Risque accru de diabète sucré

Le diabète de type 2 est la première maladie endocrinologique au monde.

Chaque année, des millions de patients meurent des complications de cette maladie en raison d'une glycémie incontrôlée.

Malgré les millions qui sont investis chaque année, il appartient encore aux scientifiques de déterminer les causes exactes de cette maladie.

La tentative d'identification des facteurs de risque a finalement abouti et a abouti aux résultats suivants:

  • Obésité
  • Séance permanente
  • hypertension artérielle
  • Diabète dans la famille
  • Stress chronique - quelle qu'en soit la cause

De toute évidence, quel que soit le déclencheur, le stress chronique peut être un facteur de risque majeur du diabète de type 2. (8ème)

 

 

Maladies cardiovasculaires

«Maladie cardiovasculaire» est un terme générique désignant diverses maladies qui sont collectivement responsables de la majorité des décès dans le monde.

Ces maladies affaiblissent l'organisme et présentent des facteurs de risque similaires à ceux du diabète sucré. La principale cause des processus sous-jacents est l'augmentation chronique des hormones adrénergiques et du cortisol. Ils encouragent le rétrécissement des vaisseaux sanguins et forcent le cœur à pomper le sang contre des pressions plus élevées.

Darüber hinaus werden Adipositas und Dyslipidämie – hoher LDL-Wert, niedriger HDL-Wert – häufig durch Stress verursacht, wodurch die Situation noch verschlimmert wird. (9)

Comparaison de la respiration nasale et buccale

On estime qu'un tiers de la population ne respire pas par le nez. Les cellules, tissus et organes ne reçoivent pas un apport suffisant en oxygène.

En essayant d'analyser ce problème, le Dr. Chandra Patel que le mécanisme de respiration a été sur pilote automatique toute notre vie. Cela peut amener certaines personnes à croire que leur respiration fonctionne de manière optimale.

En outre, le problème central qui pousse les gens à passer de la respiration nasale à la respiration buccale est l'automatisation complète.

En plus de la respiration buccale, la respiration thoracique supérieure, les soupirs et la respiration notable sont également des anomalies aux conséquences désastreuses.

Malgré l'automatisation de la respiration, la valeur des poumons ne doit pas être sous-estimée, ce qui est particulièrement évident lorsque les voies respiratoires supérieures / inférieures sont malades et que la respiration devient une tâche extrêmement difficile.

Selon le docteur ORL Dr. Pat Barelli, le rôle du nez dans notre santé générale et notre respiration a été négligé par les médecins.

En bref, le nez était à l'origine conçu pour contrôler la respiration et l'odorat, tandis que la bouche était chargée de manger, de boire et de divertir.

Les complications les plus courantes de la respiration buccale

Malheureusement, 40% des adultes utiliseraient leur bouche pour respirer, en particulier aux petites heures du matin.

 

La respiration buccale est plus fréquente chez les personnes dont le passage nasal est bloqué ou restreint. (dix)

Par exemple, un septum tordu ou de petites narines peuvent être la raison du passage de la respiration nasale à la respiration buccale.

Bien que ces patients partagent un mécanisme sous-jacent qui les pousse à respirer par la bouche, la grande majorité des personnes touchées sont involontairement sujettes à cette mauvaise habitude.

Comme mentionné précédemment, plusieurs études ont démontré les effets indésirables de la respiration buccale chronique et les effets sur divers systèmes organiques.

Selon Jefferson (2010), la grande majorité des médecins ne connaissent pas la relation entre la respiration buccale et la croissance du visage. (11)

Par exemple, respirer par la bouche contribue au développement d'une «pression de la langue» qui affecte la parole, la déglutition et la mastication.

La langue se produit lorsque la pointe de la langue repose contre ou entre les dents de devant et que la langue se trouve plus profondément dans la cavité buccale. Normalement, la langue doit reposer dans la partie supérieure de la bouche (avec la bouche fermée) et soutenir la mâchoire supérieure de l'intérieur.

De plus, la respiration buccale est impliquée dans l'asthme induit par l'exercice. Dans une étude publiée par l'American Review of Respiratory Disease, les patients asthmatiques n'ont pas connu d'exacerbations après l'exercice lorsqu'ils respiraient par le nez. Cependant, la respiration par la bouche a entraîné un rétrécissement des bronches et les signes et symptômes classiques d'une crise d'asthme. (12)

Respirer par la bouche peut également entraîner une sécheresse de la bouche, ce qui augmente le risque d'infections bactériennes et virales dans la cavité buccale.

Il est clair que respirer par la bouche peut entraîner une myriade de complications évitables. Par conséquent, il faut se concentrer davantage sur l'inhalation afin que la respiration nasale devienne une seconde nature.

 

La respiration nasale - importante pour la santé

 

Noson-Nasendilitator

Alimentation en oxygène

La respiration nasale est meilleure pour le corps que la respiration buccale car elle conduit l'oxygène vers les poumons inférieurs tandis que ces derniers stagnent l'oxygène dans les poumons supérieurs.

Une caractéristique importante des poumons inférieurs est leur capacité à stimuler le système nerveux parasympathique pour induire des sentiments de calme et de pleine conscience. Cela explique pourquoi vous vous sentez mieux après avoir pris une profonde inspiration par le nez.

En revanche, les lobes supérieurs des poumons contiennent des nerfs sympathiques qui favorisent des sentiments de peur et de détresse.

Fondamentalement, tous les lobes des poumons sont stimulés par la respiration nasale afin que la respiration soit aussi efficace que possible.

 

Élimine le dioxyde de carbone

La respiration nasale minimise les effets des bouffées et des halètements pendant l'activité physique en éliminant efficacement le CO2. Cela se produit lorsque les poumons inférieurs sont stimulés par le flux d'air. Étant donné que les poumons inférieurs reçoivent plus de sang, l'échange de gaz respiratoires fonctionne à plein régime pour éliminer le dioxyde de carbone.

 

Améliore le mécanisme respiratoire

Lorsque la respiration nasale devient votre respiration naturelle, votre corps apprend la meilleure méthode de contraction diaphragmatique pour optimiser le processus d'échange de gaz respiratoire et la dépense énergétique.

 

Réduit le risque de reflux gastro-œsophagien et de hernie diaphragmatique

La respiration nasale aide les patients à éviter les symptômes de reflux et de hernie hiatale dus au mouvement dynamique du diaphragme. Parce qu'il masse les parois de l'estomac et prévient ainsi les pathologies structurelles.

 

Masse le cœur et les poumons

La respiration nasale fournit des respirations profondes qui forcent toute la poitrine à bouger et permettent aux 12 côtes de masser le cœur et les poumons.

 

Améliore le flux lymphatique

La respiration nasale et l'activation de toute la poitrine favorisent la bonne circulation du liquide lymphatique, tout comme le drainage des liquides des membres inférieurs vers la circulation en créant une pression négative dans la poitrine.

 

Optimise le système musculo-squelettique

La respiration nasale et l'activation de toute la poitrine sont essentielles à la flexibilité et à l'élasticité de la colonne vertébrale, de la tête, du cou et du bas du dos.

 

Produit de l'oxyde nitrique

Il a été démontré que la respiration nasale augmente la production d'oxyde nitrique, une molécule de signalisation cellulaire importante impliquée dans plusieurs processus physiologiques, notamment la vasodilatation (élargissement des vaisseaux sanguins), l'augmentation du flux sanguin et la protection des organes contre les espèces réactives de l'oxygène.

La découverte de l'oxyde nitrique a reçu le prix Nobel. Elle est considérée comme une molécule panacée, mais sa production lors de la respiration buccale n'a pas été prouvée.

 

Contrôle les paramètres vitaux

La respiration nasale abaisse la tension artérielle, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire pour créer une sensation de calme et de paix.

 

Optimise l'activité cérébrale

En ce qui concerne l'activité des ondes alpha dans le cerveau, la respiration nasale est beaucoup plus efficace que la respiration buccale.

La raison de cette découverte est que les ondes alpha ne sont générées que pendant les états méditatifs et qu'elles sont principalement observées lors de la respiration nasale.

De plus, la respiration nasale augmente la cohérence des ondes cérébrales.

 

Améliore la dépense énergétique

Selon l'échelle d'effort perçu de Borg, la respiration nasale entraîne moins de fatigue et de douleur musculaire retardée (DOMS) par rapport à la respiration buccale. (13)

 

Accélère la récupération

La respiration nasale permet une récupération plus rapide et une plus grande résistance par rapport à la respiration buccale. C'est aussi moins stressant que ce dernier. Cela a été prouvé par la réaction cutanée (psycho-) galvanique.

 

La respiration nasale optimise les échanges gazeux

Contrairement aux idées reçues, le dioxyde de carbone joue un rôle important et n'est pas seulement un déchet.

Les fonctions mises en mouvement par le CO2 comprennent l'équilibre du pH sanguin, la bronchodilatation des voies respiratoires et la vasodilatation des vaisseaux sanguins.

Le CO2 interagit également avec l'hémoglobine pour déplacer l'oxygène.

Dans une étude récente de l'Université de Warwick, le professeur Nick Dale a déclaré que «l'implication passionnante de notre étude est que le dioxyde de carbone est bien plus qu'un simple déchet: il peut signaler directement des informations physiologiques. Nos travaux montrent le mécanisme par lequel cela se produit via la connexine 26 (une protéine codée chez l'homme par le gène GJB2). "

Il a ajouté: «Puisque la connexine 26 se trouve dans de nombreux tissus et organes tels que le cerveau, la peau, l'oreille interne, le foie et l'utérus pendant la grossesse, cette découverte devrait réévaluer le potentiel des signaux de dioxyde de carbone. inaugurer de nombreux processus différents tels que le contrôle du flux sanguin, la respiration, l'audition, la procréation et l'accouchement.

De plus, le corps humain a besoin d'environ 5% de dioxyde de carbone dans les alvéoles par rapport au 0,03% présent dans l'atmosphère. (14)

En conséquence, le corps doit produire et stocker du CO2 dans le parenchyme sanguin et pulmonaire afin de maintenir l'équilibre gazeux.

Environ 95% d'oxygène sont transportés dans le sang et liés à l'hémoglobine. La teneur en oxygène du sang artériel (CaO2) est donc déterminée par la saturation artérielle en oxygène de l'hémoglobine (SaO2) et la concentration d'hémoglobine (Hb).

 

De plus, lorsque la PCO2 capillaire (pression partielle de dioxyde de carbone) augmente, l'effet Bohr se produit (15) et se traduit par une quantité excessive d'oxygène dans le tissu cellulaire. Cependant, si le contraire est le cas, la liaison entre l'oxygène et l'hémoglobine est renforcée, de sorte que moins d'oxygène est libéré dans les tissus et les organes.

Une respiration excessive est typique de la respiration buccale. Ce faisant, de grandes quantités de dioxyde de carbone sont distribuées dans l'atmosphère, ce qui déplace la courbe vers la gauche. Le résultat est une hypoxémie du tissu.

La respiration nasale a l'effet inverse en permettant des échanges gazeux dans des conditions optimales avec une affinité relativement stable entre l'hémoglobine, l'oxygène et le dioxyde de carbone.

 

Oxyde nitrique et respiration nasale

Le monoxyde d'azote est un gaz qui a longtemps été considéré comme un polluant environnemental jusqu'à ce qu'en 1998, trois scientifiques américains découvrent qu'il jouait un rôle important dans le système cardiovasculaire. (16)

À l'origine, les scientifiques ont appelé ce gaz «facteur de relaxation dérivé de l'endothélium» (EDRF) lorsqu'ils ont découvert qu'il était produit en continu par l'endothélium. Le nom a ensuite été changé en oxyde nitrique, qui est en usage aujourd'hui.

Les enzymes responsables de la production d'oxyde nitrique se trouvent dans le nez et les sinus. De plus, l'oxyde nitrique est connu pour être un puissant bronchodilatateur et vasodilatateur. (17)

Il aide à abaisser la pression artérielle et à augmenter la capacité d'absorption d'oxygène des poumons. Il possède également de fortes propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques. (18)

Lundberg stellte fest (18): „Stickoxidgas aus der Nase und den Nasennebenhöhlen wird mit jedem Atemzug eingeatmet und gelangt in verdünnter Form in die Lunge, um die pulmonale Sauerstoffaufnahme durch lokale Vasodilatation zu verbessern. In diesem Sinne kann Stickstoffmonoxid als ‘aerokrines’ Hormon betrachtet werden, das in der Nase und den Nasennebenhöhlen produziert und mit jedem Atemzug an einen entfernten Wirkort transportiert wird.“

De plus, elle a été qualifiée de «molécule puissante» par Chang (2011) pour ses performances bénéfiques en tant que Dr. Chang a découvert que l'oxyde nitrique joue un rôle vital dans le corps humain, en particulier dans les systèmes cardiovasculaire, neuroendocrinien et immunitaire. (19)

 

Comment l'oxyde nitrique peut prévenir les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux

Comme mentionné ci-dessus, la respiration orale est la cause de diverses complications qui, grâce à la respiration nasale, peuvent être évitées.

Pour faciliter ce changement, un soi-disant «entraînement respiratoire» est effectué, dans lequel les habitudes malsaines sont remplacées par une respiration physiologique.

Les méthodes célèbres d'entraînement respiratoire incluent la méthode Buteyko, la méthode Papworth et le pranayama (il s'agit de la régulation de la respiration utilisée par les techniques et les exercices de yoga). (20)

 

Mot de clôture

La respiration buccale entraîne diverses complications qui peuvent affecter votre propre santé mentale et physique et celle de votre enfant.

En passant à la respiration nasale, vous évitez non seulement de nombreuses maladies, mais vous bénéficiez également des avantages mentionnés ci-dessus, ainsi que de ceux qui font actuellement l'objet de recherches scientifiques.

Espérons que cet article vous a aidé à comprendre à la fois les avantages de briser les mauvaises habitudes et les avantages de la respiration nasale.

Si vous avez des questions sur les types de respiration expliqués, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires ci-dessous.

Identifiants:

1-Physiologie respiratoire. (1996). Le Journal of Physiology, 497 (P), 21P-31P.

2-Physiologie respiratoire. (1996). Le Journal of Physiology, 497 (P), 21P-31P.

3-Trabalon, M., & Schaal, B. (2012). It takes a mouth to eat and a nose to breathe: abnormal oral respiration affects neonates’ oral competence and systemic adaptation. International journal of pediatrics, 2012.

4-LeBouef, T., et Whited, L. (2019). Physiologie, système nerveux autonome.

5-Ranabir, S., et Reetu, K. (2011). Stress et hormones. Journal indien d'endocrinologie et de métabolisme, 15 (1), 18.

6-Sinha, R. et Jastreboff, AM (2013). Le stress est un facteur de risque courant d'obésité et de dépendance. Psychiatrie biologique, 73 (9), 827-835.

7-Yau, YH et Potenza, MN (2013). Stress et comportements alimentaires. Minerva endocrinologica, 38 (3), 255.

8-Surwit, RS, Schneider, MS et Feinglos, MN (1992). Stress et diabète sucré. Soins du diabète, 15 (10), 1413-1422.

9-Assadi, SN (2017). Quels sont les effets du stress psychologique et du travail physique sur les profils lipidiques sanguins?. Médecine, 96 (18).

10-Stewart, M., Ferguson, BJ et Fromer, L. (2010). Épidémiologie et fardeau de la congestion nasale. Revue internationale de médecine générale, 3, 37.

11 Jefferson, Y. (2010). Respiration buccale: effets néfastes sur la croissance du visage, la santé, les universitaires et le comportement. Gen Dent, 58 (1), 18-25.

12- (2000) Guidelines for Methacholine and Exercise Challenge Testing-1999. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine 161: 1, 309-329. Date de publication en ligne: 14-Dec-2012.

13- Borg, G. (1998). Borg’s perceived exertion and pain scales. Human kinetics.

14- Schaefer, KE, Hastings, BJ, Carey, CR et Nichols Jr, G. (1963). Acclimatation respiratoire au dioxyde de carbone. Journal de physiologie appliquée, 18 (6), 1071-1078.

15- Jensen, FB (2004). PH des globules rouges, effet Bohr et autres phénomènes liés à l 'oxygénation dans le transport sanguin de l' O2 et du CO2. Acta Physiologica Scandinavica, 182 (3), 215-227.

16- Marsh, N., et Marsh, A. (2000). Une brève histoire de la nitroglycérine et de l'oxyde nitrique en pharmacologie et physiologie. Pharmacologie et physiologie cliniques et expérimentales, 27 (4), 313-319.

17- Moncada, S., et Higgs, EA (1991). Oxyde nitrique endogène: physiologie, pathologie et pertinence clinique. Journal européen d'investigation clinique, 21 (4), 361-374.

18- Moncada, S., et Higgs, EA (1991). Oxyde nitrique endogène: physiologie, pathologie et pertinence clinique. Journal européen d'investigation clinique, 21 (4), 361-374.

18- Lundberg, JO, Weitzberg, E. et Gladwin, MT (2008). La voie nitrate - nitrite - oxyde nitrique en physiologie et thérapeutique. Revues de la nature Découverte de médicaments, 7 (2), 156-167.

19- Chon, K., Chang, JS, Lee, E., Lee, J., Ryu, J., et Cho, J. (2011). Abondance de gènes dénitrifiants codant pour les réductases de nitrate (narG), de nitrite (nirS) et d'oxyde nitreux (nosZ) dans les zones humides construites alimentées par des effluents estuariens par rapport aux eaux usées. Génie écologique, 37 (1), 64-69.

20 Courtney, R. (2008). Forces, faiblesses et possibilités de la méthode respiratoire Buteyko. Biofeedback, 36 (2), 59-63.

fr_FRFrançais
Retour en haut

vacances d'entreprise

Nous attirons votre attention sur le fait que les commandes ne seront à nouveau traitées que le 03.01.2024 à éditer !

L'équipe Noson vous souhaite de Joyeuses Fêtes et une Bonne Année